Pour un art invisuel, inouï, inesthétique, inœuvré, inidentitaire, pluriel…

Biennale de Paris

Pour un art invisuel, inouï, inesthétique, inœuvré, inidentitaire, pluriel…

489 489 visiteurs ont vu cet évènement.

Rencontre autour du lancement du dernier ouvrage de Jean-Claude Moineau Pour un art invisuel, inouï, inesthétique, inœuvré, inidentitaire, pluriel…

S’il se laisse présenter, le livre du théoricien de l’art Jean-Claude Moineau ne se laisse guère résumer.

Après plusieurs années à l’ouvrage, deux ans d’allers-retours entre relectures et réécritures, l’équipe qui s’est agrégée autour du livre Pour un art invisuel, inouï, inesthétique, inœuvré, pluriel… est heureuse de vous annoncer que le livre de Jean-Claude Moineau verra le jour, ou, pointera le bout de ses pages, en ce mois de mai 2023.

À cette occasion, la Biennale de Paris organise une conférence de lancement le mardi 23 mai 2023, en ligne, à 19h, en présence de l’auteur et de l’équipe.

Lien direct de la rencontre en ligne à utiliser par copier coller : https://zoom.us/j/6186595730

Ceci, disponible pour le moment exclusivement sous forme de pdf, sous ce titre à rallonges, est le nouveau livre de Jean-Claude Moineau, quelque peu disparu à nouveau,
ces dernières années, après une première “disparition”
(et un premier “recentrement” post 68 “à gauche” toute
sur la théorie) du monde de l’art,
tant “officiel” que prétendument “parallèle”, suite cette fois à des problèmes de santé,
ayant été victime, à l’issue de sa rétrospective à l’ex générale, à la fois d’un infarctus et d’un a.v.c. qui l’empêchent désormais d’aller voir et d’arpenter toute manifestation artistique comme d’accéder à toute bibliothèque publique,
et même à sa propre et monumentale bibliothèque
qui fait de son appartement un véritable appartement-
bibliothèque (comme ses livres, celui-ci y compris malgré tout, constituent de véritables “livres-bibliothèques”)
que, de toute façon, il est désormais,
dans l’EHPAD où il s’est résigné à trouver refuge,
dans l’incapacité de consulter,
livre écrit donc dans les plus grandes difficultés
mais non sans cependant un certain humour
tourné tant contre ses “pairs” que contre lui-même,
où il s’efforce de repenser la biennale de Paris
telle que se la sont réappropriée les artistes suite à l’initiative de l’artiste roumain d’origine
Alexandre Gurita
qui l’a délocalisée à l’échelle du monde entier
tant occidental qu’extra-occidental,
l’hypothèse personnelle de
Jean-Claude Moineau
qui entend revaloriser la notion d’utilité étant que,
dans “le monde de l’art” qu’ouvrirait la biennale de Paris
une fois (de nombreuses fois) repensée de fond en comble,
à l’encontre du ready-made moderniste,
non plus tant les “spectateurs” et “spectatrices”
que les simples “usagers” et “usagères”
qui se substitueraient désormais à ceux- et à celles-ci
pourraient doter toute chose ou non-chose non plus tant de caractère artistique
(et, encore moins, esthétique)
au détriment de son usage
que de nouveaux usages
non nécessairement tenus pour autant pour “artistiques”.

Avec la participation de Jean-Claude Moineau, Aurore Chevallier Gleizes, Alexandre Gurita et Paul Navas.

Pour un art invisuel, inouï, inesthétique, inœuvré, inidentitaire, pluriel…, par Jean-Claude Moineau. Éd. Biennale de Paris, ISBN : 2-900176-05-0. Publication numérique : Paris, mai 2023

Acheter l’ouvrage en ligne

Event registration closed.
 

Date et heure

2023-05-23 à 19:00 à
2023-05-23 à 20:00
 

Date de clôture des inscriptions

2023-05-23
 

Lieu

Événement en ligne
 

Types d’évènements

Partager avec des amis

Related articles