L’Antichambre de La Banque

La Biennale de Paris initie l’Antichambre de La Banque comme un organe de réflexion sur le financement de l’art au XXIe siècle.

Pourquoi ?

  • L’art est uniforme, les mêmes formes d’art circulent dans le monde entier ce qui dénote une absence évidente d’inventivité.
  • L’histoire nous montre que l’art s’est construit en étant inventif, par des dépassements successifs de ses propres limites.
  • Les artistes ne bénéficient pas d’un statut social et juridique pouvant leur être accordé s’ils ont une économie.
  • La plupart des artistes se trouvent dans une situation d’extrême précarité
  • Aujourd’hui il existe des pratiques artistiques innovantes mais elles sont invisibles et n’ont aucun impact sur l’art établi et la société.
  • Beaucoup d’experts réfléchissent de manière isolée et fragmentée en séparant l’art de l’économie et de l’innovation.
  • Il apparaît un désengagement des politiques sur la question des financements de l’art et un mécénat
  • ne permettant pas toujours de soutenir durablement l’innovation artistique et de ce fait ne pouvant offrir la pérennité.

Avec quels objectifs ?

  • Permettre aux mécénats d’être plus impliqués en tant que co-auteurs du devenir de l’art.
  • Offrir à toute personne la possibilité de s’engager dans la transformation sociale et politique du monde de l’art.
  • Inventer un modèle capable de soutenir l’économie de l’art indépendamment des institutions étatiques.
  • Sortir de la précarité sociale et en termes de droit les artistes et les autres professionnels de l’art
  • Concevoir une solution bancaire pour les artistes.
  • Proposer à toute personne créative la possibilité d’être soutenue pour dynamiser un marché de l’art qui s’est auto-enclavé.
  • Accompagner l’émancipation des artistes des systèmes existants pour expérimenter des nouvelles formes d’art

Comment ?

  • Fédérer des réseaux artistiques pour soutenir une économie distributive pour tous.
  • Capitaliser sur les connaissances du marché du XXe siècle pour permettre l’avénement d’un modèle capable de soutenir l’art du XXIe siècle
  • Focaliser les experts de l’art et de l’économie pour apporter une concentration des intelligences.
  • Organiser des cycles de conférences et de workshops ouverts à tout public et inviter des experts à transmettre leurs connaissances afin d’évaluer le potentiel d’une économie nouvelle pour l’art du XXIe siècle.
  • Communiquer auprès des médias pour accompagner la dynamique et donner de la visibilité.
  • Créer un laboratoire d’outils et de services économiques pour l’art
  • Analyser les besoins des acteurs de l’art du XXIe siècle pour voir comment le nouveau modèle économique répond à leurs besoins.
  • Prototyper une banque ouverte aux professionnels de l’art et permettant a chacun de capitaliser sur leur ressources existantes et futures.
  • Créer et expérimenter des produits et des services économiques auprès d’un panel des acteurs de l’art.
  • Observer les technologies blockchain, DAO, NFT, DeFI, Web3, et créer une plateforme de transactions en ligne au sein de la banque.
  • Identifier des fonds d’investissement potentiels
  • Formuler des outils d’évaluation